Bonjour, définir quelqu’un est une tâche impossible.

Dans la vie il y a nos rêves, ce qu’on nous suggère d’être sans nous proposer des alternatives d’égale qualité, ce qu’on a essayé mais qu’on n’a pas réussi, les contacts qu’on n’a pas eus parce qu’ils n’existaient pas, les contacts qu’on n’a pas encore, les contacts auxquels on ne s’y attendait pas et qui ne sont pas forcément de ce monde, la solitude comme les 3/4 de sa vie, ce qu’on a étudié un peu, ce qu’on a étudié pour soi sans diplôme, les tonnes de mensonges qu’on nous a dit parce que l’on n’a pas réussi dans ce qu’on voulait faire en solitaire mais dans ce qu’on ne voulait pas qu’on fasse en groupe et qui n’a rien à voir, le fait que le contenu des diplômes est toujours dépassé mais est tout le temps remplacé par d’autres contenus qui consistent en des certitudes et en le fait que tous les contenus sont contre tous les autres contenus mais que les contenus passés manquent parce que aucun ne s’insère pas dans une recherche en commun mais seulement dans la conviction que c’est parce que le monde est tel qu’on le voit, les cours sont individuels, ce qu’on a étudié avec un diplôme qui était très compliqué et très exigeant mais qui n’a aucune valeur sur le marché professionnel et qui n’est pas reconnu dans le monde intellectuel, ce qu’on a étudié avec un diplôme qui était facile et peu exigeant mais qui a une valeur sur le marché professionnel et dans le monde intellectuel alors que ceux qui l’enseignent sont révoltés de savoir que ceux qui étudient moins soient mieux insérés dans la société que ceux qui étudient plus, ce qu’on a étudié avec diplôme sans que ce ne soit notre choix et qui était trop exigeant dans le pays où on a étudié mais qui n’est pas du tout exigeant en France, les conférences privées qu’on a vues, les conférences publiques qu’on a vues, le fait que le monde des études soit coupé du monde professionnel et du monde des conférences mais qu’ils essayent de changer cela alors on est passés des cercles fermés d’intellectuels à des cercles fermés de stagiaires, le fait que les livres existent ou tout du moins existaient, le fait que internet a commencé à exister, le fait que avec l’ordinateur le copier coller commence à être repérable, le fait que un temps on est trop dans les livres et un autre temps, on est trop dans les jeux sociaux en ligne alors on n’a aucune concentration mais on existe, le fait que une personne en fonction du contexte peut faire soit de la création unique quand elle avait voyait l’idée de théorie comme une idéologie à atteindre, soit du copier coller, quand elle ne sait pas comment faire pour transmettre sans créer des inventions écrites de zéro, le fait que les cours soient partis de créations de zéros mais dans un monde où on comprenait les auteurs alors les élèves aussi étaient là pour créer de zéro leurs devoirs, à un monde où les cours on nous oblige à faire du copier coller même si pour changer un peu il y a encore un petit moyen d’y ajouter notre art, notre touche de sciences, mais où bizarrement, comme contradiction, les auteurs sont insultés et considérés comme des bizarreries indéchiffrables, le fait que ce ne soit pas possible d’aller plus loin quand on commence quelque chose parce qu’on ne se sent pas heureuse, le fait qu’on puisse aimer profondément et puis haïr, haïr et puis aimer profondément ce qu’on a étudié parce qu’il y a beaucoup de manipulation de nos sentiments et que notre vie est pleine de surprises et de morales inattendues, le fait qu’on a connu les études, que les contacts n’avaient aucun rapport avec le monde des études, et que on ne sait pas dans quoi on travaillera vraiment, le fait que rien n’est compréhensible ni clair, le fait qu’on ne sait pas vers quoi on va, etc. Donc il faut peut-être revenir à l’idée que tout est pour soi, qu’on est peut-être unique au monde à vouloir se montrer et à vouloir avoir des contacts, qu’on est entourés de gens dont les ambitions ne valent pas la personne et qui ne savent pas valoriser chaque instant de leurs vies, mais que notre monde nous demande d’exister alors que c’est mal vu. Le monde de mes professeurs et de mes camarades c’était de tout cacher et d’effacer l’histoire que chacun crée pour ne pas entacher le monde avec ses nouvelles idées mais surtout pour ne pas être volés intellectuellement, alors que mon monde, c’est juste donner ses idées au public pour que les autres les reprennent, que ce soit en nous citant ou sans nous citer, mais on peut toujours dire que c’est nous qui avons eu l’idée en premier, puisque il y a un espace pour le dire et on pourra toujours le redire au public, et l’important c’est qu’on ait raison, pas qu’on en soit l’auteur, l’important c’est qu’on puisse juger nous mêmes notre impact sur notre monde, même s’il y a le nom de quelqu’un d’autre car la réputation ça ne nous sert à rien, il n’y a plus de Darwin pour commencer un monde, et puis mon avenir est très ouvert, c’est juste une histoire de décoder comment réussir, donc il faut se battre alors que toute notre vie l’école nous a enseignés à se taire et à ne pas être, il faut se battre contre ce qu’on est devenus.

Je suis une utilisatrice de Ubuntu depuis Ubuntu 9.04 Jaunty Jackalope (vers 2009). Je l’utilise à des fins personnelles.

Francoise.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s